Une méthode novatrice d’enseignement : entretien avec le professeur Nérée St-Amand

NéréeStAmandPour un professeur de l’Université d’Ottawa, quel est l’avantage d’intégrer la composante d’apprentissage par l’engagement communautaire (AEC) aux cours? Nous avons rencontré le professeur Nérée St-Amand, qui participe au Programme d’AEC depuis ses débuts.

CEMC : Quelle importance accordez-vous à l’AEC?   

J’ai toujours trouvé intéressant de lier la théorie à la pratique. J’aime donner des exemples de situations concrètes. L’engagement communautaire permet de diversifier les points de vue. Les placements auprès de partenaires communautaires permettent aux étudiants de comprendre qu’il existe différentes réalités et qu’elles sont complexes.

CEMC : D’après vous, l’aspect pratique est-il utile dans un cours?                                        

L’aspect pratique (l’engagement communautaire) permet d’étoffer la théorie. On a beau présenter des textes aux étudiants en classe, la théorie est plus facile à comprendre lorsqu’on la voit en action à travers une ou plusieurs personnes. La pratique permet de pousser la réflexion.

CEMC : Selon vous, qu’est-ce que l’AEC apporte à vos cours?                                                          

Je demande régulièrement à mes étudiants ce qui se passe dans leur placement, car ils sont amenés à voir plusieurs situations, à y réfléchir et à s’interroger sur les causes. Leur réflexion est facilitée par le Programme d’AEC. Prenons l’exemple des placements d’étudiants au Dépanneur Sylvestre ou encore à L’Arche. Ils permettent une ouverture aux citoyens marginalisés par la société, comme les personnes ayant un retard intellectuel. Pour certains étudiants nouveaux dans la ville, la province ou encore le pays, c’est même une façon de découvrir son environnement et de se faire un réseau.

CEMC : D’après votre expérience, est-ce que le fait d’offrir le Programme d’AEC alourdit la charge de travail du professeur? Les résultats en valent-ils la peine?                                             

Je dois dire que c’est beaucoup plus facile grâce au Centre d’engagement mondial et communautaire. C’est facile, mais en effet, c’est plus de travail et de responsabilités. Par exemple, on doit composer avec des étudiants qui demandent des exceptions et des délais supplémentaires, mais c’est ce qu’on doit faire de toute façon, avec ou sans engagement communautaire.

Mais il faut aussi comprendre qu’en tant que professeurs, nous ne sommes pas là pour avoir le moins de travail possible. Nous sommes des agents de formation et nous sommes là pour favoriser l’expérience étudiante.

Ça ne me dérange pas de le faire. Ça en vaut la peine.  

CEMC : Selon vous, quel est le type de professeur idéal pour ce programme?           

L’AEC s’adresse à deux types de professeurs :

1. Les professeurs qui ne connaissent pas les pratiques locales d’engagement communautaire, mais qui veulent lier leur cours à ce qu’offre le milieu. Dans ce cas, le programme s’avère une ressource indispensable.

2. Les professeurs qui aiment aborder des situations concrètes en classe et favoriser l’apprentissage par des expériences ou des études de cas.

CEMC : Quel conseil donneriez‑vous aux professeurs qui souhaitent intégrer l’AEC à leur cours, mais qui ne savent pas par où commencer?

Offrez-le de façon optionnelle! Essayez-le avec cinq étudiants. Demandez-leur de faire une petite présentation en classe pour qu’ils fassent un lien entre la théorie vue dans leurs cours et l’expérience pratique vécue grâce au Programme d’AEC.

Choisissez des organismes pour lesquels vous avez un intérêt.

Parlez-en à un professeur qui participe déjà au programme!

Monsieur St-Amand, nous vous remercions de nous avoir fait part de votre expérience. Nous espérons que les professeurs qui liront cette entrevue n’hésiteront pas à communiquer avec nous afin d’en apprendre davantage sur le Programme d’AEC offert par le Centre d’engagement mondial et communautaire de l’Université d’Ottawa. Nous vous souhaitons un bon retour en classe!

Texte écrit par Nathalie Morgan, Agente de placement au Centre d’engagement mondial et communautaire

Publicités

A propos Le Bénévole / The Volunteer

Le Bénévole est le bulletin d’information produit par le Centre d'engagement mondial et communautaire de l'Université d'Ottawa. Le Bulletin est publié cinq fois par année et comprend des articles, des histoires de réussites, des rapports statistiques, des rappels, des biographies sur les lauréats et plus encore! The Volunteer is the Newsletter produced by the Centre of Global and Community engagement of the University of Ottawa. The Newsletter is published fives times a year and includes articles, success stories, statistics reports, reminders, award recipients biographies and more!
Galerie | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s